Patronymes
soursac site du conseil général


Essai


 sur les patronymes soursacois principalement d’origine corrézienne et/ou occitane




Généralités :

53 % des noms de famille (patronymes) sont issus de noms de lieux (toponymes)

19 % viennent d’anciens prénoms ou de noms  de baptême

14 % évoquent des particularités physiques ou morales

14 % à partir de noms de métiers




Résumé (très court) de l’histoire du nom de famille.


A l’époque gauloise, les habitants ne portaient qu’un nom mais aucun n’a pu parvenir jusqu’à nous. Il a fallu l’invasion romaine pour que les noms se fixent dans les noms de domaines. Ces noms utilisaient le nom du propriétaire auquel était ajouté le suffixe

 -acum désignant le domaine gallo-romain. Ce suffixe a évolué différemment selon les régions.

Prenons pour exemple Soursac. La racine sours- vient , selon les chercheurs, d’un homme latin nommé Surtius ou Sauricus. Soursac signifie donc « domaine gallo-romain de Surtius (ou Sauricus) ».

On notera que les noms de lieux en -ac (beaucoup en Corrèze), -an, -at, argues, déterminent principalement la présence d’un domaine gallo-romain.

Au IXè siècle, l’invasion germanique a amené son lot de noms qui ont été transmis à la population surtout dans le Nord et dans l’Est (on en trouvera plusieurs dans cet essai).

Au Xè siècle, pour plus de clarté et pour éviter les homonymies, un surnom est ajouté au nom de famille (exemples célèbres : Pépin le Bref, Charles Martel mais plus simplement Jean Petit ou Pierre LeBorgne). C’est surtout au XIIIè siècle que les surnoms se multiplient pour un besoin de clarté. Il faudra plus de deux siècles pour que les surnoms se stabilisent.

En 1539, François Ier, promulgue l’ordonnance de Villers-Cotterêts et rend obligatoire la tenue des registres paroissiaux par les curés (ancêtre de notre état-civil).

Les noms de famille étaient officiellement nés !

 











 




















Liste des noms de famille (patronymes) étudiés (cliquez sur le nom)

























Anglard

Latin « angulus »signifiant angle, coin. Surtout porté dans la Corrèze, et plus généralement en Limousin et en Auvergne, c'est un toponyme (nom de lieu) très courant dans cette région, avec le sens aussi  de rocher angulaire ou abrupt, bord de falaise ("anglar", contraction de l'occitan "angular" = angulaire)

On peut dire également  que ce nom venant d’ « angle » il pouvait s’agir d’un champ en forme de triangle à l’intersection de deux chemins. A Soursac le lieu-dit England (qui s'écrivait Angland en 1838) à la même origine.

Aubert

Plusieurs hypothèses sont possibles :

Ancienne forme populaire d'Albert, nom de personne d'origine germanique (adal = noble + berht = brillant, célèbre), fréquent dans toute la France. C'est dans les Bouches-du-Rhône, dans les Vosges et en Normandie qu'il est le plus répandu.

Le mot basque ibai (très fréquent) signifiant rivière qui se transformera en eoo donne dans les Hautes Pyrénées le nom Aubert : eoo vert.. Le v se prononçant b.

Cela n'est pas suffisant pour expliquer l'origine de l'appellation du ruisseau du Pont Aubert (traversant la commune de Soursac).

Badal

Nom porté dans le Cantal (Mauriac et Jaleyrac au début du XVIIe siècle). Plusieurs solutions sont possibles : il peut correspondre au nom de personne germanique Badoaldus .

 On envisagera aussi un dérivé du verbe "badar" (= bâiller) : rencontré dans d'autres régions sous la forme Badau, il est à l'origine du nom "badaud" et a dû désigner un personnage naïf ou niais.

 À noter enfin que le badal (ou badalh) était aussi en occitan un filet de pêche de forme allongée.

Barrier

A désigné celui qui avait la charge de la barre ou barrière, lieu où était perçu un droit de péage à l'entrée d'une ville, d'un village, d’un pont…

Bayard

Bayard (baiard en ancien français) était un nom de cheval de couleur bai (brun-rouge avec bas des pattes et queue de couleur noire).

Le nom Bayard appliqué à l'homme désigne, pour certains, un homme ayant une barbe et des cheveux roux et noirs.

D'autres pensent que Bayard attribué à l'homme désignerait plutôt quelqu'un d'énergique, ayant du caractère comme Bayard, le chevalier sans peur et sans reproche.

Bayle

Du latin bajulus = chargé d'affaires, il désigne le bailli, représentant du seigneur dans le village.

Par extension, certains noms de famille étaient un sobriquet d'une personne ayant un tempérament impérieux, orgueilleux…

Bidaud

Nom de personne d'origine germanique, Bidwald (bid = espoir + wald = qui gouverne)

Bissaud

Semble être une forme dérivée de Besse : C'est un toponyme désignant un lieu planté de bouleaux. Le patronyme s’applique donc à  celui qui est originaire d'une localité portant ce nom. Fréquent en Corrèze.

Blanc

Un surnom très fréquent, lié sans doute à la couleur des cheveux ou de la peau (n'oublions pas en effet que le nom Leblanc est très répandu dans la partie Nord de la France, où les gens ne sont pas spécialement bronzés).

 Il peut aussi s'agir d'un nom de baptême (cf. l'italien Bianco). A noter qu'en Provence le nom Blanc a souvent été donné à des enfants trouvés.

Blin

Blin est une forme contractée de Belin, Bélin, nom qui désignait au Moyen Âge le bélier qui conduisait le troupeau. Nom donné au mouton dans "le roman de Renart", d'où son succès comme surnom.

Comme sobriquet, ce nom symbolise la force.

C'est dans la Sarthe que le nom Blin est le plus répandu.


Blondel

Diminutif de Blond (nom germanique blund = celui qui a les cheveux blonds). Le nom de famille Blondel se rencontre surtout dans le midi et en Artois.

Bonnet

Du latin bonus, ou bonitus qui désigne quelqu'un de bon. Il existait saint Bon au III siècle et Sainte Bonne d'Armagnac au XV siècle. Au moyen âge les prénoms Bon et Bonne étaient souvent attribués aux enfants. Ces prénoms sont devenus des noms de famille.

De nombreuses communes portent ce nom en Corrèze : St Bonnet Avalouze, St Bonnet la rivière, Saint Bonnet près Bort, …

A pu, également, désigner le porteur d'une certaine sorte de coiffure.

Boulègue

De l'occitan beu l'aiga= qui boit l'eau. Surtout porté dans la Corrèze, le nom se rencontre aussi dans le Forez sous les formes Bollègue, Boulaigue, également Boulaygue dans le Var.

    Variante ancienne : Bolégue. C'est un toponyme signifiant  lieu boueux, gorgé d'eau, à rapprocher de l'occitan "bolhaca" (= mare, flaque)

Boulineau

Plusieurs hypothèses

Possible diminutif d'un nom de personne d'origine germanique, Bol = ami. On ne peut cependant exclure totalement des dérivés de boule (sobriquet désignant une personne arrondie) ou de boul (= bouleau).

Cependant il est plus probable que le nom vienne de bouline, qui en ancien français désigne la corde servant à tenir la voile de biais quand le vent souffle de côté.

Bourgeade

Petit bourg=bourgade. Désigne les habitants d’un petit bourg (parfois un faubourg) en opposition avec un hameau ou un lieu isolé.

Bouyges

Surtout porté dans le Cantal (également 81, 31, 19). Ce toponyme désigne une terre en jachère, une friche. Le gaulois bodica, en occitan bosiga, a un sens général de terre gagnée sur la broussaille. La frontière est ténue entre le sens de terre inculte, friche et le sens de terre nouvellement défrichée.

On rapprochera le lieu-dit "les Bouyges" sur la commune de Latronche.(19)

Breuil

Le plus souvent désigné comme un petit bois entouré d’un mur ou d’une haie. Breuil vient du gaulois brogilu et de l’occitan brolh. Différentes signification sont possibles mais se rattachent toutes à un bois comme bouquet d'arbres, jeune taillis, bord de rivière boisé.

Broussolle

Broussolle indique la localisation d’origine de la famille : une maison située sur un terrain rempli de broussailles ou dans un lieu de ce nom.

Brun, Brunet

Patronymes attribués simplement à quelqu'un ayant les cheveux bruns ou un teint foncé.

Caux

Première hypothèse : désigne la personne originaire du pays de Caux (Picardie) signifiant calcaire donc chaux.

Autre hypothèse plus occitane : la chaux se nomme la cauç. On pourrait s’arrêter là mais les chercheurs en onomastique (noms de famille, noms de lieux etc…) dont Jacques Astor pensent  à des racines beaucoup plus anciennes. Ces racines  pré-indo-européennes kal=galet et kar= gravier. Kar désignant une surface pierreuse et kal désigne le caillou. Caux est à rapprocher de la racine cal-so qui est à l'origine du nom des  Causses désignant des plateaux du Sud du massif central.

Caux est un hameau près de Peyrelevade (19),  de St Priest de Gimel (19)… Lieux-dits assez fréquents en Corrèze mais aussi dans le Sud de la France.

Ce nom de famille est assez répandu en Corrèze mais surtout dans le Nord de la France (pays de Caux).  


 Chambon

Vient du gaulois cambo, qui désigne un méandre de rivière (le grec kampê, qui a donné "jambe", avait aussi le sens de courbure). Mais il semble que, par la suite, et en particulier au Moyen Âge, les gens aient interprété "chambon" d'une autre manière et lui aient donné le sens de terre alluviale, puis de "champ bon", donc de toute façon une terre fertile.

Ce qui explique le lieu-dit « le chambon » sur la Luzège entre Soursac et Lapleau (19).

Chaulet

Deux hypothèses :

En occitan caul ou caule évoque le chou, le champ de choux ou un producteur de choux.

Nom de famille dérivé de chaux. Désigne l’ouvrier qui fait la chaux, donc, nom de métier. La chaux est utilisée depuis l’antiquité, notamment dans la construction.

Chauzeix

Indique la localité d’origine de la famille. Vient du latin Caltiensem qui désigne un village appartenant à un propriétaire terrien nommé Caltius

Chalimon(t)

Le patronyme Chalimon(t) provient probablement de la composition des mots latin Calmis ou Calma et Mons et désignerait une hauteur dénudée, rocailleuse.

Ces origines latines sont devenues en ancien nord-occitan la chalm.

Le hameau de Chalimont à Soursac s'écrivait Jalinour (?) en 1747 (carte de Cassini). Le J se prononçait ch. Parmi les vieux oronymes (noms de montagnes) jal- est une variante de kal-/gar- qui signifie "pierre/rocher"

Chauvanet

Diminutif de chauve (issu du latin calvus = dégarni de cheveux), devient un sobriquet désignant un homme sans cheveux, puis un nom de famille. (Très nombreuses variantes du nom)

Chaveroux

Chaveroux est un  nom de métier dérivé de l'ancien français chaver qui signifie creuser, surnom de terrassier. Par assimilation peut désigner aussi un creux, un trou, un rocher creusé.

Clarissou

Clarissou est un nom de famille dérivé de clarisse, nom de baptême féminin issu du latin claritia ou Clarus, dérivé de Clara, illustre. Peut être pris également au sens de clair.

Aussi, nom de l'ordre franciscain de femmes fondé par Sainte Claire d'Assise.

Coly

Vient de Nicolaus, évêque de Myre (Turquie). Sa légende dit qu'il aurait ressuscité trois enfants découpés par un boucher. Il est le saint protecteur de l'enfance.

Par abrasion de la première syllabe et substitution du suffixe le nom s'est transformé en Coly, Couly, Coulet …

Donnera naissance au prénom Collette.

Couffy

Plusieurs hypothèses :

Ce nom vient de localités du département de la corrèze. Couffy près de Tarnac, mais aussi Couffy sur Sarsonne et Couffy Soubre à l'Ouest d'Eygurande. Indique l'origine familiale. L'étymologie de ce toponyme provient de l'agglutination du nom de personne gallo-romain cofius et du suffixe acum qui signifie : la terre, le domaine de cofius.

2ème hypothèse : Latin, cophinus = corbeille, panier. Nom de métier désignant le fabricant ou le marchand de corbeilles et paniers.


Une 3ème hypothèse viendrait du latin cofinialis qui avait le sens de limitrophe, voisin, limite, frontière.

Courteix

Courteix vient du latin cortis, domaine, village ou « la cour de ferme ». Le mot « court » en ancien français désigne une « tenure », c'est-à-dire « une exploitation agricole »

Ce patronyme a été attribué, à l’origine, aux habitants de localités portant ce nom. On en trouve, en effet, plusieurs dans le massif central (63). En Corrèze, le village de Courteix se situe au Nord d'Ussel.

Daymard

Porté dans la Corrèze et le Sud-Ouest, désigne le fils d'Aymard (voir ci-dessous), ou encore celui qui appartient à sa famille, à sa maison.

Aymard

Nom de personne d'origine germanique, Haimhard (heim = maison + hard = dur), surtout porté dans le Limousin. Variantes : Aymars, Aymart. La forme Aymar (15, 66) peut aussi en être une variante, mais devrait plutôt correspondre au patronyme Aimar (voir ci-dessous).

Aimar

Nom porté en Provence et dans la région niçoise, mais aussi en Piémont et en Catalogne. Variantes : Aimaro (Piémont), Aymar (Catalogne). C'est un nom de personne d'origine germanique, Ademarus (racines ad = noble et mar = célèbre), devenu ensuite Aemarus puis Aimarus.

Delprat

De l'occitan prat = pré. Désignait une personne qui habitait dans les prés, une prairie. Donc, Delprat= du pré

Espinasse

Il dérive du gascon espin,  aubépine. En occitan, une espinassa est un lieu buisonneux. Nom fréquent dans le Sud-Ouest (24, 46, 82), qui correspond à un toponyme désignant un lieu recouvert d'arbustes épineux, aubépine notamment. De nombreux villages ou hameaux s'appellent Espinasse ou l'Espinasse, dans toute la partie Sud de la France.

Four ou Fourd

Dérivé de forn = four. Nom très fréquent dans toute la France, qui a désigné le plus souvent le tenancier du four banal. (à rapprocher de Fournet ou Fournier)

Fournet

Très courant dans le Puy-de-Dôme et la Somme, désigne celui qui habite le lieu où se trouve un four. Eventuellement aussi diminutif de Fournier (= boulanger).

Fournier

Nom de métier. Celui qui tenait le four à pain.  Ancien nom du boulanger

Fraysse

Nom généralement auvergnat du frêne. Désigne celui qui est originaire d'une localité ou habite un lieu-dit portant ce nom. Dérivé du latin fraxinus, frênaie, l’arbre a servi à caractériser une propriété et par extension son hôte.

Freyssac

A rapprocher de frêne (voir Fraysse)

Gabard

De l’occitan gabar = plaisanter, railler, se moquer. Surnom donné à un « railleur »

Gane ou Ganne

La Gane ou Ganne est un nom de ruisseau répandu dans le Limousin et en Auvergne. Du latin « vadum », gué, traduisant  l’élargissement d’un ruisseau au passage d’un chemin.

Nom de ruisseau ou rivière très fréquent en Corrèze.

Le  lieu-dit  (les gannes) à Saint Hilaire Luc (19) où plusieurs rus alimentent le lavoir du village avant de se jeter dans le Vianon. Il existe aussi "la ganne de Majou" sur la même commune.

Gary

Deux hypothèses :

Variante de Garin. Nom de personne d'origine germanique, Warino (wara = protection), porté notamment en Rhône-Alpes, dans le Nord et en Bretagne (56, 29).

Ou bien est-ce un nom qui dérive du mot occitan garri désignant le mulot des champs ? Ce patronyme, que l’on retrouve effectivement surtout dans le Sud, serait alors un surnom.


Guillaume

Nom de baptême issu d’un nom de personne d'origine germanique Willhelm (will = volonté + helm = casque). Ce fut, et de loin, l'un des noms les plus répandus aux alentours de l'an mil en pays catalan et occitan. Porté dans diverses régions, mais surtout présent dans le Morbihan (variante : Guillaum), la Marne, les Ardennes et le Puy-de-Dôme.

Gout

Le sens principalement accepté en Limousin (il y en a plusieurs, parfois farfelus) viendrait de l'occitan gota (latin gutta) signifiant goutte en français. Il désigne alors un petit ruisseau à faible débit comme les rus qui parcourent les prés de notre région. Les patronymes Goutal, Gouts, Goutx sont issus de la même origine.

Sur la commune de Soursac il existe un lieu-dit "la goutte" entre La Pradeau et Chalimont d'oû naît un ru qui devient un peu plus bas le ruisseau des communaux.  Près de la route de Sialve et pas très loin de la goutte, il existe également un lieu-dit appelé le Puy Goutteux (557 m). On rapprochera ces noms de lieux au sens donné ci-dessus. (se reporter à la carte IGN 1/25000 2334 O)

Jarrige

Nom topographique venant  de « garrigue » signifiant chêne et a désigné un endroit planté de chênes, nom de lieu-dit devenu patronyme.

Jourde

Dérivé du nom du fleuve Jourdain où a été baptisé Jésus et qui devint nom de baptême à la suite des croisades. Nom répandu en Limousin, Auvergne, Sud et Sud-Ouest.

Juillard

Vient de Julius, nom romain signifiant Julien. A été popularisé par Saint Julien de Brioude, soldat romain converti au christianisme, martyr décapité à Brioude en 304. Il est resté très célèbre au Moyen-âge. Ce nom est donc un diminutif formé sur Julien, assez fréquent dans le Cantal. Variantes : Julliard (Savoie, Ain), Julliart (Picardie). Rappelons que St Julien est le saint patron de la paroisse de Soursac.

Lac

Ce patronyme indique la présence d’un lac (ou mare) aux abords de la maison d’origine de la famille.

Lachaud

Vient de Calma ou Calmis . En vieil occitan La chalm désignait un plateau de landes inhospitalier.

A rapprocher de Chalimon(t).

Lapeyre

Vient de l'occitan "la pierre". Peut désigner un lieu ou se trouve un menhir, un rocher particulier, une montagne rocheuse.

Lassudrie

Lassudrie est un nom topographique dérivé de sudre (latin sutor = cordonnier), c'est-à-dire domaine d'un ancien sudre, nom d'ancien propriétaire.

« li sudre » en ancien français désignait le cordonnier, Lassudrie pourrait désigner la cordonnerie.

Plusieurs  lieux-dits en Corrèze s’appellent La Sudrie (près de Cornil), La Sudrie (près d'Objat), La Sudrie (près d'Allassac), l'Hôtel de "La Sudrie" à Laguenne (maison du cardinal Sudre 1373)…

Le mot français suture issu du même mot latin désigne la couture d'une plaie ce qui est à rapprocher du cordonnier qui cousait les chaussures.

Laurent

Nom de baptême formé sur le latin Laurentius, dérivé de laurus (= laurier). Le laurier étant un symbole de victoire, on comprend le succès de ce nom dès l'époque romaine. Par la suite, dans la chrétienté, il représente la victoire de la nouvelle religion sur le paganisme, à l'image de saint Laurent brûlé sur un gril au IIIe siècle en se riant des flammes.

Nom de personnes ou de communes très fréquent (92 communes portent ce nom en France)

Lerioux

Lerioux semble avoir deux origines possibles :

 Soit, c'est une forme occitane de ruisseau, issu du latin rivus, et indiquait la situation de la maison. Nom de lieu (Charente-Maritime) et noms de hameaux (Ardèche, Charente-Maritime, Creuse, Puy-de-Dôme)

 Soit, il vient du nom de personne d'origine germanique ridwald, compose de rid, issu de ridan = aller a cheval et wald, dérivé de waldan qui signifie gouverner.

En zone occitane la première hypothèse semble la plus probable : en effet, on trouve sur la carte IGN  2334 O de Soursac un ruisseau (partant du plateau près de l’Estrade) qui s’appelle « le rioux grand » et près de Spontour un lieu-dit du même nom. Au far-west, n’y a-t-il pas le « Rio Grande » (Texas)  et le célèbre western du même nom avec John Wayne !.

On trouve aussi, au départ d’Aussinange le « rieu de la font » (à rapprocher de rioux)

Leydié

Vient de l’occitan lèida, taxe prélevée sur les biens de consommation destinés à la vente sur les marchés. Le Leydier était le receveur chargé de la perception de cette taxe.

Longy

Le nom est surtout porté en Corrèze, mais on le rencontre aussi dans les Pyrénées-Atlantiques (variante: Longi). Il semble qu'on ait  affaire à un toponyme, en tout cas en Corrèze, où deux hameaux s'appellent Le Longy : à Champagnac-la-Noaille et à Millevaches. Sens possible : parcelle de terre longue et étroite. Un autre hameau s'appelle Le Longin à Saint-Julien-d'Armagnac (40), il pourrait expliquer la forme Longi dans le Sud-Ouest.

C'est aussi un ancien nom de personne, en latin Longinus (diminutif de "longus" = long, grand dans le sens mince). Il a été porté par le soldat romain qui perça de sa lance le flanc du Christ, puis par un évêque et par un martyr à Marseille.

Magnaudet

Nom de personne d’origine germanique Maginwald formé par magin- = force et waldan = gouverner

Margarou

Dérivé de Marguerite. Sainte Marguerite a été décapitée à Antioche pour avoir refusé de se donner au gouverneur Olibrius. Cette sainte fut très populaire au Moyen Age. Nom fréquent en Corrèze

Maronne

Vient du latin matrona qui signifie « mère ». En 1822, à la source de la Seine était découvert une statuette d’une déesse debout sur une barque. Elle représentait la déesse de la source de la Seine. L’eau étant indispensable à la vie, on comprend qu’on lui ait donné le nom de matrona, la mère nourricière. De nombreux noms de cours d’eau (hydrononymes) et noms de localités ont conservé cette appellation (souvent déformée selon les régions).  On y retrouve la Maronne, rivière ayant sa source au Puy Mary et se jetant dans la Dordogne près d’Argentat. Comme les noms de lieux, ce nom de cours d’eau a donné son nom à ceux qui vivaient à côté.

On peut y rapprocher l’occitan maire (sens : mère) qui désigne la source ou le lit d’une rivière ou même un canal collecteur des eaux de pluie.

Dans le Cantal, nom fréquent à Cheylade (au Nord du Puy Mary).

Massoulier

Dans le midi, le mot massol désigne une petite masse, un maillet. Par extension le patronyme a désigné une personne qui s’en servait.

Meynié

Nom de personne d’origine germanique (magin = force + hari = armée). A été attribué à un guerrier puissant. C’est en Corrèze que ce nom est le plus représenté

Michelou

Dérivé du nom de baptême Michel qui vient du nom biblique Mikael (« qui est comme Dieu »). C’est le nom de l’archange protecteur du peuple de Dieu. Patronyme très fréquent (surtout en Corrèze)

Millot

Diminutif du prénom Emile, ou de Mile (nom de personne d'origine germanique formé sur la racine mil = bon, généreux). C'est en Bourgogne que le patronyme est le plus répandu.

Mirande

Du latin mirare (regarder avec attention).

Patronyme assez courant dans les Pyrénées-Atlantiques. Désigne celui qui est originaire d'une localité du même nom.

Sens du toponyme : tour de guet, belvédère. Notons Lamirande, hameau de Soursac, placé sur le plateau face au château de Miermont (Cantal). Voir ci-dessous

Miermont

Vient de mirare (regarder) et de mont donc regarder depuis une hauteur, une tour de guet. Patronyme évoquant un lieu d‘origine (ex : ruines du château de Miremont dans le Cantal) en face de Lamirande.

Monange

Le mot latin Mon- viendrait de Mon(i)us. Le suffixe latin –anica est à l'origine du suffixe –ange(s) dans la zone Nord-occitane (Limousin, Auvergne) et il signifierait dans le cas présent  "domaine de Mon(i)us" à l’époque gallo-romaine.

Monange est un hameau faisant partie de la commune de Sérandon. Ce hameau a donné son nom aux habitants qui y vivaient.

On notera qu'à Soursac, la commune a la chance d'avoir le plateau "des anges" avec Autranges, Brésanges, Aussinange.

Moreau, Morel

De l’époque gallo-romaine au Moyen-Age, ces noms ont été attribués en sobriquets à des hommes à la peau sombre comme celle d’un Maure. Vient de l’occitan maurèl, maurèu, signifiant brun.

Le diminutif morèl était souvent appliqué aux chevaux, aux mulets et aux bœufs.

Un saint Maurele, Morele, honoré à Troyes au Vè siècle peut être à l’origine de certains noms de familles.

Morin

Signification plus ambiguë. Peut avoir la même origine que Moreau, Morel, mais il est acquis que 25 noms de saints Maurinus sont connus ce qui rend cette hypothèse la plus probable. Ce patronyme est assez fréquent dans les noms de lieux sous l’écriture Maurin.

Naudy

Rencontré un peu partout en France, c'est une forme familière de noms comme Arnaud ou Renaud, (vieux noms d'origine germanique empruntés à des chefs de guerre) formée par amputation de la première syllabe d’un nom comme Antoine > Toine.


Noël

   Nom de baptême et nom de famille représentant le latin natalys, relatif à la naissance. A l’origine, ce nom, donné à des Chrétiens,

   se rattache à la fête de Noël.


Pauze

De l’occitan pausa qui désigne la halte pour les troupeaux, les muletiers. Nom de localité du Puy de Dôme près d’Arconsat, Col de Pause dans les Pyrénnées, lieu-dit sur le causse de Sauveterre, etc. Toponyme assez fréquent.


Petitou

Sobriquet désignant un homme petit (éventuellement aussi le plus jeune de la famille), c'est l'un des cinq noms de famille les plus portés en France. Diminutifs : Petitaud (87), Petiteau (44, 85), Petiteaud (16), Petiteaux (24), Petitet (03, 10, 58), Petiton, Petitou, Petitout (19, 24), Petitot (21, 51, 70).

Peyronie

Deux hypothèses. Le mot occitan peyr désigne un gros rocher, une falaise …et l’occitan pèire est le nom de baptême Pierre. Le suffixe on est un diminutif signifiant petit. Dans le cas présent Peyronie désignerait la « petite maison de Pierre ». Patronyme fréquent en Corrèze.

Pichon

Plusieurs hypothèses selon le sens ou l'origine géographique du nom.

1- Sens de petit en langue d'Oïl comme en langue d'Oc. La variante viendrait de picc représentée par l'italien piccolo

2- Petit pic : donnera le surnom Pichon à l'ouvrier qui utilise cet outil

3- Vase, cruche

4- En région d'occ et en Auvergne sens de pigeon

Plantablat

Présent dans le Cantal et les départements voisins, ce nom fait partie des divers noms de famille commençant par planta, plante. Peut désigner soit celui qui plante le blé, soit un lieu planté en blé.

Ponthier

Désigne celui qui percevait le droit de péage au passage d'un pont.

Désigne également le métier de maître maçon spécialisé dans la réparation ou la construction de ponts.

Pouget

Ce nom est un toponyme (nom de lieu) désignant une petite colline, un petit puy (podium = puy)

Poujade

Celui qui habite dans une côte, une montée. Vient du verbe pujar (monter), du latin podiare, dérivé de podium.

Queyssac

Les noms se terminant en ac viennent du suffixe latin acum signifiant « domaine gallo-romain de … », Queyssac vient du nom d’un homme latin Cassius qui a dirigé un  domaine. Plusieurs lieux-dits portent ce nom (19, 24)

Rabier

Se rattache au nom d’un légume, la rave (occitan : raba, rabe, rave) Contraction de Rabère dérivé du mot rave et a désigné un jardinier, un producteur ou un marchand de navets.

Patronyme porté dans l'Indre et les départements voisins (86, 87). C'est un ancien nom de baptême, dont le souvenir s'est conservé grâce au nom de la commune de Saint-Rabier (24). Cette commune est mentionnée en 1053 sous la forme Sanctus Riberius, qui paraît renvoyer au nom de personne d'origine germanique Ricber (ric = puissant + ber = ours)

On trouve aussi quelques lieux de ce nom qui ont pu qualifier les familles qui y vivaient.

Rathonie

Vient du nom d’origine germanique Ratwin (de rat = conseil et de win = ami). Nom principalement porté en Corréze. Il existe le lieu-dit La Rathonie près de Naves qui a donné son nom aux habitants qui y vivaient.

Raynal

Nom de personne d'origine germanique, Raginwald, formé sur les racines ragin = conseil + wald = gouverner.

Rebière

Issu d’un toponyme évoquant une petite rivière (rebeyre est l'équivalent de 'rivière', en occitan ribera). L’origine latine est riva qui désigne la rive des rivières. C’est pourquoi ce nom a été attribué à ceux qui vivaient au bord des cours d’eau.

Rey

Représente l’occitan rei = roi. Ce nom était donné comme sobriquet (en raison de l’apparence de la personne, de son tempérament, position sociale, habileté au travail , gagnant d’un concours, grand propriétaire, etc…les possibilités étant nombreuses).

Rey-demaneuf, Reydemaneuf

Rey-Demaneuf, vient de Rey Sieur des Mas Neufs ou Rey est une variation limousine de Reix et de l’occitan Rec qui signifie ruisseau et non roi comme dit précédemment . Les Rey (Desmaneuf) viennent du village du Reix de Valiergues. Marchands établis à Neuvic au XVI-XVIIème puis à Claniac à la fin du XVIIème, prenant le titre de Sieur des Mas Neufs au début du XVIIème du nom des terres qu’ils possédaient en contrebas de Claniac.

Rigal

Nom de personne d'origine germanique, Ricwald (ric = puissant + waldan = gouverner), très répandu dans toute la France, en particulier dans la moitié Sud.

Le sens occitan de rigal désigne le rouge-gorge en tant que sobriquet.

Ritou

Deux hypothèses :

  En languedocien Ritou du latin rector "celui qui gouverne, maître, chef, guide". Dans l'église ce mot désignait un "supérieur ecclésiastique, un prélat; un directeur de certaines maisons religieuses".

Ou un diminutif de "rit" = ruisseau."

Rivière

Occitan ribera. Comme Rebière, voici un patronyme qui provient d’un nom de lieu, attribué à des personnes vivant au voisinage d’une rivière.

Romain

Très répandu dans toute la France. C'est un nom de baptême correspondant au latin Romanus (= de Rome, romain), popularisé par plusieurs saints parmi lesquels un évêque de Rouen mort en 639, dont les reliques étaient très vénérées autrefois (ce qui devrait expliquer la forte implantation du nom en Normandie).

Rongère

Du latin rumicaria qui a donné ronge et qui désigne un lieu couvert de ronces. Lieux-dits fréquents en Limousin et Centre.

Rongier

Se rattache au verbe ronger qui signifie ressasser quelque chose en son esprit (retenir, refouler en soi son impatience, son dépit, sa colère, en s’efforçant de n’en rien laisser éclater au-dehors). Ne dit-on pas « ronger son frein »

Rouffiange(s)

Du latin rufus = roux et du suffixe latin –anica qui est à l'origine du suffixe –ange(s), l’ensemble signifiant « domaine de rufus ». Noms de lieux connus en Corrèze (communes de Ckampagnac, de St Pantaléon de Lapleau) et qui ont donné le nom à ceux qui y habitaient.

Rouquet

Fréquent dans la Haute-Garonne et dans le Cantal, c'est un toponyme très répandu qui a le sens de petit rocher, sans doute avec le sens de petite forteresse située sur un lieu rocheux (diminutif de Roque).

Roussel, Roux

Sobriquet désignant celui qui a les cheveux roux, noms très fréquents en France. On peut dans certains cas envisager une variante du prénom d'origine germanique Raoul

Seince

Variante de Sans, Sanz, nom de baptême du Sud-Ouest issu du latin Sanctius (qui est notamment à l'origine de l'espagnol Sanchez). Signifie pur, chaste, honnête, vénérable.

Serve, Selve

Aucun rapport avec le servage, c'est tout simplement une variante de Silva, Selve (= bois, forêt). Serve a désigné une famille habitant dans une forêt ou bien dans une localité de ce nom.

Sialve

Comme ci-dessus, vient du latin silva = bois, forêt. A donné son nom aux gens qui y habitaient. Nombreux lieux-dits en Limousin (Notons le hameau de Sialve à Soursac).

Soubrane

Latin superanu, vient de super, au-dessus. Indique la localisation d’origine de la famille. Une maison située sur une hauteur. Occitan « sobran », supérieur

Soustre

Le latin substrare, en occitan soustrage ou sostratge désigne celui qui installait la litière. Soustre signifie alors gardien d’étable ou d’écurie et plus généralement garçon de ferme.

Terrade

Signifie « parcelle de terre ». A donné son nom aux habitants de cette parcelle. Assez fréquent en Corrèze et le Sud Ouest. A Soursac, on note le hameau « La Terrade ».

Theil, Teil

Assez courant dans le Limousin (19, 87), c'est un toponyme évoquant le tilleul. De nombreux lieux  portent ce nom. Rappelons que  dans les vieilles fermes corréziennes il est encore très fréquent de trouver un ou plusieurs tilleuls. Le tilleul a des vertus médicinales et était très employé par les anciens. Il existe le hameau du Theil sur la commune de Liginiac.

Turc

Patronyme surtout rencontré dans le Nord de la France et en Belgique. Le sens du nom est clair, il signifie le Turc. Mais désigne-t-il vraiment celui qui est originaire de Turquie (au sens géographique large) ? Sans doute pas. Il s'agit plutôt d'un sobriquet appliqué à celui qui a le teint bronzé, éventuellement à celui qui est allé en pèlerinage en Orient. Ce nom peut provenir également d’un « homme dur, qui ne fait pas de concession pour arriver à son but »

Valibus

Première hypothèse : nom de lieux signifiant « aux vallées » ; val = vallée, et ibus dans le sens de « aux »

Seconde hypothèse : nom de lieu signifiant « vallée des loups » : val = vallée, et le mot latin lupus = loup

Verbiguié

De l’ancien occitan berbiguièr dans le sens de « berger » (verbecarius > berbercarius, dérivé de vervex, brebis). En languedocien  le v se prononçait b (ainsi qu’en espagnol).

Vergne

En occitan le mot vèrnh désigne l’aulne. Le toponyme La Vergne (très fréquent en Corrèze) désigne une aulnaie. Arbre très fréquent à Soursac poussant dans les lieux humides, mares, rigoles, marécages. Le hameau de Vernéjoux (à Sérandon) désigne « un lieu ou pousse les aulnes ».

Vermillard

Provient du latin vermiculus qui signifie : la cochenille , d'où était tirée la couleur rouge vermillon ce sobriquet précise la fonction ancestrale : fabricant de vermillon.

Veysset, Veyssière

Fréquent dans le Puy-de-Dôme, c'est un dérivé de l'occitan vaissa (= noisetier, coudrier). Sens probable : bois de noisetiers. Les nombreux lieux-dit la Vaisse, la Vaissière ont transmis ce nom à ceux qui les habitaient.

Vidal

L'un des noms de personne les plus répandus en Catalogne et en Languedoc. Le nom vient du latin vitalis = lié à la vie. De nombreux martyrs ont porté ce nom, mais le succès de Vidal se justifie surtout par son lien étymologique avec la vie, la naissance, et sans doute le baptême.

Vincent

Nom de baptême issu du latin vincens (= qui triomphe). Saint Vincent aurait été martyrisé en Espagne en 304, lors des persécutions ordonnées par Dioclétien. Il résista à de nombreux supplices, dont le plus connu est celui du gril où on tenta de le faire brûler en ajoutant du sel sur ses plaies. Il ne se résolut à mourir que lorsqu'on eut décidé de l'étendre sur un lit douillet.

Vigier

Nom désignant la fonction de viguier, officier de justice (du latin vicarius = remplaçant). C'était le représentant du comte sur ses terres et il s'occupait de la basse justice. Vols, rixes, différends entre personnes… Le comte s'occupait de la haute justice, c'est-à-dire les crimes graves.

Vigouroux

Occitan vigoròs. Vigouroux est un patronyme très répandu dans l'Ouest et le midi de la France c'est à l' origine un sobriquet qui s'est applique à un homme plein de vigueur, robuste.




Anglard

Bourgeade

Couffy

Gout

Maronne

Petitou

Rivière

Terrade

Aubert

Bouyges

Courteix

Jarrige

Massouiller

Peyronie

Rigal

Theil, Teil

Badal

Breuil

Daymard

Jourde

Meynié

Pichon

Ritou

Turc

Barrier

Broussolle

Delprat

Juillard

Michelou

Plantablat

Romain

Valibus

Bayard

Brun

Espinasse

Lac

Millot

Ponthier

Rongère

Verbiguié

Bayle

Caux

Four

Lachaud

Miermont

Pouget

Rongier

Vergne

Bideaud

Chambon

Fournet

Lapeyre

Mirande

Poujade

Rouffiange(s)

Vermillard

Bissaud

Chaulet

Fournier

Lassudrie

Monange

Queyssac

Rouquet

Veysset, Veyssière

Blanc

Chauzeix

Fraysse

Laurent

Moreau

Rabier

Roussel, Roux

Vidal

Blin

Chalimon(t)

Freyssac

Lerioux

Morel

Rathonie

Seince

Vincent

Blondel

Chauvanet

Gabard

Leydié

Morin

Raynal

Serve, Selve

Vigier

Bonnet

Chaveroux

Gane

Longy

Naudy

Rebière

Sialve

Vigouroux

Boulègue

Clarissou

Gary

Magnaudet

Noël

Rey

Soubranne


Boulineau

Coly

Guillaume

Margarou

Pauze

Reydemaneuf

Soustre


















NOTE


La recherche de l’origine des noms de famille soursacois, existant ou ayant existé, s'est surtout portée sur les noms d'origine corrézienne. Ce court lexique n'explique pas tout les patronymes corréziens de Soursac. Certains restent  obscurs ou méconnus. D’autres peuvent avoir plusieurs interprétations.


Les chiffres entre parenthèses de ce lexique indiquent le  département où le nom est le plus fréquent.


Pour contribuer à l'enrichissement de ce lexique passez par la page "contact" du site.

Sources

Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du midi de la France (Jacques Astor)

Dictionnaire des noms de lieux de France (Albert Dauzat, Charles Rostaing)

Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France (Albert Dauzat, revu et augmenté par Marie-Thérèse Morlet)

Dictionnaire étymologique des noms de famille (Marie-Thérèse Morlet, Docteur ès lettres, Maître de recherche au CNRS)

Les noms de famille de Corrèze (Marie-Odile Mergnac, Laurent Millet, Christophe Belser)

Toponymie Nord-occitane (Bénédicte et Jean-jacques Férié)

Dictionnaire des noms de lieux  de Corrèze (Florence Guibert)

Origine des noms de villes et villages de Corrèze (Jean-Marie Chassagne, Mariola Korsak)

Dictionnaire historique et archéologique des paroisses du diocèse de Tulle (J.-B. Poulbrière).

Internet

Internautes (groupe de discussion onomastique)